TixBikes.com Spécialiste vélos et cycles dans l'Aude et Languedoc Roussillon

Notre Ami Franck Turlan est reparti en vadrouille direction le Portugal !!

19 juillet 2018

img_3344

Pistes blanches et routes noires

Ça s’est joué à un rien… À l’épaisseur d’un ongle sur ma carte du Portugal, à une minuscule imprécision de quelques centaines de métres qui m’a fait basculer du “mauvais côté”, de la lumière à l’ombre. Hasard ? Apres avoir tutoyé les étoiles dans la Serra da Estrela, où se trouve l’unique station de ski du pays, et foulé la neige à plus de 1900 mètres, scène rare ici pour un mois de juillet, voilà que je manque cette petite route inscrite en blanc. Elle semblait pourvoir me maintenir en équilibre sur les crêtes, entre ciel bleu et nuages accrochés aux sommets. Manqué !

Je suis “pris au piège” désormais, entraîné dans la descente d’une large voie sans âme, qui glisse sous le couvert nuageux et me plonge bientôt dans un paysage de désolation. Toute la végétation a été passée au lance flamme, depuis le bas de la rivière jusqu’en haut de la montagne. Á perte de vue. De jeunes eucalyptus calcinés semblent implorer la miséricorde de leurs bras noircis tendus vers le ciel, les pins sont carbonisés ; seuls quelques chênes survivent et apportent une maigre touche de vert, épaulés par les fougères, qui reprennent le dessus. Pas un oiseau, pas un animal. Les villages semblent à première vue préservés mais paraissent tout aussi fantomatiques ; Vide, c’est le nom de l’un d’entre eux. Quelques maisons, sans doute abandonnées avant l’incendie, n’ont pas été sauvées par les “bomberos” : leurs carcasses m’évoquent les stygmates de la guerre d’ex-Yougoslavie. Ici aussi, les gens ont dû connaître l’enfer. Mais, au moins, ce ne sont pas d’autres hommes qui ont été leurs bourreaux.

Un vent de face violent semble vouloir me retenir dans cette “vallée de la mort”, une route inscrite en jaune sur ma carte, surlignée du vert qui signifie “parcours pittoresque”. Noire sera sa couleur à présent, pour quelques années. Il me faudra batailler pendant 40 km pour m’en extraire… Et retrouver enfin la fraîcheur de la vie, “normale”. Dans la petite ville voisine d’Arganil, la population n’est pas prête d’oublier cet incendie monstrueux. Susana, qui travaille à la bibliothèque municipale, me dit ainsi que plus de 40 personnes sont mortes sur une seule route, espérant fuir en voiture. J’ai peine à le réaliser. C’était juste hier, l’automne dernier. Et aujourd’hui, il fait si frais, si bon ; l’eau des rivières coule comme jamais et, partout dans le nord du Portugal, les gens profitent des “praia fluvial”, ces petits lieux de baignade qui sont des plages de bonheur pour les familles (et les touristes). Celles du Rio Alvoco, sont pour l’heure désertées : qui voudrait se tremper dans des eaux chargées de cendres ?

En voyant par endroit des repousses d’eucalyptus et de pêchers, je me dis cependant que la vie a des ressources insoupçonnées. Pourvu que le soleil reste discret et que l’eau soit abondante, quelques temps, pour que cette route et ses habitants reprennent plus vite vie, eux-aussi.

legende photo (largeur envoyee par sms a Laurent)
La Serra d’Estrela a des faux airs de Pyrénées cet été, avec des plaques de neige à un peu moins de 2000 mètres d’altitude.

Nos dernières ventes

 

Coordonnées

Nouvelle adresse :

38, avenue Wilson

(à 100m de la poste)

11200 Lézignan-Corbières

Tél : 04 68 41 62 71

envoyer un mail