TixBikes.com Spécialiste vélos et cycles dans l'Aude et Languedoc Roussillon

6EME CHRONIQUE DE FRANCK ET FIN DU VOYAGE

22 août 2017

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bonjour à vous,

Voici ma sixième et dernière chronique… Pas la plus marrante ; je n’ai pu rendre toute la complexité de la situation et surtout le non mélange des mémoires, 22 ans après, que j’ai juste suggéré, restant centré sur ce mémorial de Srebrenica et sa charge émotionnelle.

J’espère que ça convient néanmoins.

à une prochaine et merci pour l’accueil fait à ces petits textes.

Bonne fin d’été

Franck Turlan :

J’irai pleurer sur nos tombes

Et soudain je les vois sur la droite de la route, flèches blanches sortant de terre… 8 372 tombes alignées dans le soleil couchant.

Me voici à Srebrenica, ou plutôt au mémorial de Srebrenica, dont j’ignorais l’existence avant de remonter vers ce gros village de Bosnie, martyr de la dernière guerre en Europe. Je pose mon vélo contre le mur extérieur et enlève mes chaussures, qui résonnent sur le pavé dans un bruit incongru de claquettes. Un couple se prend une dernière fois en photo devant la stèle principale, avant de repartir. Je suis seul, désormais, dans cet immense cimetière.

Ce n’est pas le symbole de la faillite de l’Union européenne et des Nations Unies qui s’offre à mon regard. C’est à la fois plus simple, plus grand, plus fort… Brut. Pieds nus, je marche le long des allées. Je vois le sol herbeux onduler, comme si la terre venait épouser le corps de chacune de ces 8 372 personnes assassinées par les milices serbes… Comme si c’était hier, le 11 juillet 1995. Des hommes, des adolescents, et de rares femmes, dont les noms sont gravés dans une immense stèle ; je regarde les dates de naissance : 1915 pour le plus plus âgé, 1983 pour les plus jeunes, tous musulmans, à l’exception d’un chrétien. Ce pourrait être mes deux garçons, Simon et Nathanaël, mes amis, mes voisins, “couchés” là sous mes yeux. Ce pourrait être toute la population masculine de Lézignan et des villages environnant, exécutée pour la seule raison d’une différence, d’une altérité vécue comme une menace par des “soldats” ivres d’une haine depuis trop longtemps refoulée.

Il fait nuit quand je vais pour ressortir du mémorial. Un nouveau gardien a pris le relais… Il me regarde au moment de fermer le portail, jette un œil sur le vélo. A-t-il perçu mon émotion ? “Où tu dors ?“, me demande-t-il, d’abord en langue bosniaque puis, devant mon incompréhension, dans la langue universelle des signes. Je lui demande s’il y a un hôtel à Srebrenica… Il fait la grimace et me fait signe de le suivre : il a mieux à me proposer.
Je dormirai, à l’intérieur du mémorial, dans le garage de la petite maison du gardien. Je suis au milieu des vapeurs d’essence, les WC et la douche sont HS… Mais Miko, Vahidin Becic de son vrai nom, me fait le plus beau des honneurs, bravant les interdits, s’engueulant même avec un des policiers en faction devant le mémorial, qui nous surprend en train de partager le très bon café turc qu’il nous a préparé. Je parviens à comprendre qu’il a 14 membres de sa famille enterrés à moins de 300 mètres de nous ; que seule sa mère et lui ont survécu à la tuerie. Allez, fini de discuter, c’est pour moi l’heure d’aller dormir, car Miko m’a demandé de lever le camp à l’aube.

Il est 5h30 quand j’émerge le lendemain. Pas de Miko en vue… Je remballe matelas auto-gonflant et couverture, enfile mes habits de cycliste. Dehors, une légère brume enveloppe le mémorial et ses tombes, qui se teintent progressivement d’une douce couleur orangée. Hier je sentais le souffle de la guerre ; ce matin je suis en paix. J’aimerais croire que ce sentiment pourrait être partagé par tous, Serbes, Croates, Bosniaques, musulmans, chrétiens catholiques ou orthodoxes… Que la mémoire ne sera pas sélective, qu’elle ne divisera pas davantage et qu’il n’y aura jamais plus un autre Srebrenica. J’aimerais…

legende photo : Srebrenica, en Bosnie, but ultime du périple à vélo ;  derrière les tombes, des noms, des familles entières dont les membres masculins ont été exécutés en juillet 1995, pour la seule raison qu’ils étaient différents.”

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nos dernières ventes

 

Coordonnées

Nouvelle adresse :

38, avenue Wilson

(à 100m de la poste)

11200 Lézignan-Corbières

Tél : 04 68 41 62 71

envoyer un mail